20 GMO questions: Animal, vegetable, controversy? (traduction)

[Article original ici]

Quand j’ai commencé cette série, j’ai proposé de passer outre le débat en me focalisant sur les faits acceptés par les deux parties. J’ai également proposé de le faire « en quelques semaines. » Ha! Non seulement il m’a fallu me beaucoup plus longtemps, mais j’ai aussi compris que cette controverse s’est transformée en quelque chose qui ressemble à une guerre de tranchées, où les deux camps refusent de s’entendre sur quoi que ce soit, de peur de devoir céder un seul pouce de terrain chèrement acquis. Bref, je ne m’attends pas à ce que tout le monde soit d’accord avec la liste ci-dessous, mais j’espère que des gens raisonnables des deux côtés concéderont (du moins intérieurement) que l’ensemble des faits conduit à ces conclusions.

En creusant ce sujet tout au long de ces 6 derniers mois, je sais avoir fourni plus détails que tous, sauf les plus motivés des lecteurs, en aurait espéré. J’ai donc opté pour un maximum de concision dans les arguments exposés dans la liste ci-dessous. Si vous désirez plus de détails, j’ai inclus les liens vers des articles contenant une argumentation beaucoup plus élaborée.

Réglementation

1) J’ai entendu dire que les OGM ne sont pas du tout règlementés, est-ce vrai?

Non. Aux États-Unis, les aliments à base d’OGM sont réglementés par l’USDA (US Department of Agriculture), la FDA (Food and Drug Administration), et l’EPA (US Environmental Protection Agency). Techniquement, le processus de réglementation de la FDA est volontaire. Cependant, tous les producteurs d’aliments à base d’OGM ont choisis de passer par ce processus. Ainsi, il n’est volontaire que de nom. Les aliments conçus génétiquement (i.e. obtenus par transgenèse) sont beaucoup plus réglementés que beaucoup d’autres nouvelles technologies, y compris les cultures obtenues par mutagenèse.

Avertissements: Le processus de règlementation n’est pas transparent – vous ne pouvez pas simplement aller sur le web et regardez les tests qui ont été effectués. Et certaines plantes non-alimentaires peuvent échapper à la règlementation, comme ce fut le cas pour cette espèce.

Plus de détails ici (en anglais).

Liberté académique

2) Est-ce que les grands semenciers empêchent les scientifiques de faire des recherches sur leurs plantes brevetées?

Dans le passé, oui. Plus maintenant. J’ai pu demander à des scientifiques universitaires si ils ont dus faire face à des restrictions dans leurs recherches. Apparemment, le système semble fonctionner.

Plus de détails ici (en anglais).

3) Y a-t-il des difficultés pour les scientifiques à travailler sur ​​des plantes génétiquement modifiées par transgenèse?

Oui. Toute personne qui conteste un paradigme accepté – comme le consensus selon lequel le génie génétique est suffisamment sûr – sera l’objet d’attaques (voir Copernic, Galilée, et Thomas Kuhn). D’autre part, d’énormes récompenses attend celui qui serait capable de renverser un paradigme.D’un autre coté, certains scientifiques ont dû abandonner leur travail en génie génétique en raison de la résistance populaire à cette technologie.

Plus de détails ici et ici (en anglais).

Santé

4) Le génie génétique est-il plus susceptible que les autres formes de sélection végétale de créer des changements imprévus?

Légèrement. Ci-dessous, l’évaluation du NRC (National Research Council) estimant la probabilité d’aboutir à des changements inattendus en fonction de la technique utilisée (Biolistic transfer et  Agrobacterium transfert sont les 2 termes englobant ce que nous entendons habituellement par «génie génétique».)

National Research Council

National Research Council

5) Cette différence est-elle pertinente?

Difficile à dire, mais jusqu’ici, elle n’a probablement pas été pertinente. Notez qu’il existe une autre méthode plus susceptible de provoquer des changements inattendus que le génie génétique: la mutagenèse. Nos inquiétudes sur le génie génétique ont conduit (paradoxalement) à une augmentation du recours à la mutagenèse. Les scientifiques effectuent des rétrocroisements (croisement en retour) sur les plantes obtenues par mutagenèse et transgenèse sur plusieurs générations afin d’éliminer toutes les modifications indésirables. Un rétrocroisement est un croisement d’un hybride avec l’un de ses parents ou avec un individu similaire sur le plan génétique à l’un de ses parents, de manière à obtenir un descendant ayant une identité génétique plus proche de celle du parent.

Plus de détails ici et ici (en anglais).

6) Qu’en est-il des nouvelles formes de plantes génétiquement modifiées ?

Nous voyons maintenant beaucoup de nouvelles plantes sélectionnées pour leur résistance à la maladie en utilisant des techniques d’extinction de gène, qui, comme vous pouvez le voir, n’est pas inclus dans le tableau montré au point 4. D’autres suivront. Chacune devra être évaluée sur ses mérites propres.

7) Le génie génétique est-il plus susceptibles de créer des allergènes?

Si vous déplacez des gènes depuis une plante qui contient un grand nombre d’allergènes connus, alors oui effectivement, vous devez faire attention. Ceci fait l’objet d’un important travail de test. Un autre danger est l’apparition de nouveaux allergènes inconnus et nous avons actuellement peu de moyens efficaces pour tester cela.

8) Dans ce cas, la possibilité que de nouveaux allergènes émergent rend-il le génie génétique dangereux? 

Chacun des immunologistes avec qui j’ai pu discuter – y compris ceux qui m’ont été suggérés par des activistes préoccupés par les OGM – m’ont dit que le risque de nouveaux allergènes résultant du génie génétique était très faible.

Plus de détails ici (en anglais).

9) Mais alors que dire de ces études suggérant que les OGM sont dangereux?

Effectivement, il y a quelques études de ce type. Il est important de les examiner avec beaucoup d’attention et de garder l’esprit ouvert.  Il est également important de faire de même avec les centaines d’autres études suggérant que les OGM ne sont pas dangereux. Quand vous considérez l’ensemble de la littérature scientifique à ce sujet, les OGM semblent très sûr.

Plus de détails ici (en anglais).

10) N’est-il pas possible que certains changements involontaires et subtiles dans l’ADN de maïs soient à l’origine de l’épidémie d’obésité, de l’augmentation de maladies auto-immunes, de l’autisme et de la maladie des Morgellons?

C’est possible. Mais toutes les nouvelles technologies que nous avons introduites, des téléphones portables aux pesticides, partagent cette même possibilité. Il existe beaucoup d’autres hypothèses capables d’expliquer l’émergence de ces problèmes et accompagnées de réelles preuves. Quand j’ai parlé avec des scientifiques travaillant sur ces problèmes, aucun d’entre eux ne pensait réellement que le génie génétique puisse en être une des causes. Et puis, la maladie des Morgellons est causée par de minuscules drones-araignées injectées sous la peau par la CIA.

Plus de détails ici (en anglais).

Environnement

11) L’usage de cultures OGM a-t-il conduit à une réduction de l’utilisation des insecticides?

Oui et pas qu’un peu. Malheureusement, cet avantage pourrait disparaitre à mesure que les insectes développent une résistance (certaines espèces l’ont déjà fait). Cependant, les scientifiques ont modifié les cultures résistantes aux insectes et les entomologistes disent que le génie génétique peut continuer à réduire l’utilisation des insecticides à condition qu’il soit bien utilisé.

Plus de détails ici (en anglais).

12) La baisse des insecticides n’a-t-elle pas été éclipsée par l’augmentation des herbicides?

Oui. Nous savons de façon sure que les agriculteurs utilisent maintenant bien plus d’herbicide glyphosate. En conséquence, de plus en plus de mauvaises herbes résistantes au glyphosate se sont développées. Au même moment, les agriculteurs ont commencé à réduire le recours aux autres herbicides. Si prend du recul pour regarde l’ensemble des mauvaises herbes résistantes aux herbicides (pas uniquement celles résistantes aux glyphosate), le taux global auquel elles se sont développées n’a pas été affecté par le génie génétique.

Avertissement : le glyphosate est beaucoup moins toxique pour les humains que la plupart des autres herbicides. En partant de là, on pourrait avancer que l’augmentation de l’utilisation du glyphosate et la diminution de celle des autres herbicides est une bonne chose.

Avertissement bis: le glyphosate fait ce qu’il est censé faire, i.e. il élimine complètement toutes les mauvaises herbes comme l’asclépiade. Dès lors, il provoque le déclin de la biodiversité dans et autour des fermes, menaçant ainsi les insectes comme par exemple les papillons monarques (en anglais).

Plus de détails ici (en anglais).

13) Qu’en est-il du sol et du CO2? Les OGM ont-ils permis le stockage du CO2 et la préservation des sols en facilitant l’augmentation du non-labour

En Amérique du Sud, oui. Aux États-Unis, les OGM ont permis à certains agriculteurs d’effectuer une transition vers un travail de conservation des sols, mais cela n’a pas représenté un grand changement.

Plus de détails ici (en anglais).

Argent

14) À qui à profiter les cultures OGM?

Les compagnies comme Monsanto se sont fait pas mal d’argent. Les agriculteurs y ont tiré quelques profits. Les consommateurs en ont faiblement bénéficié au travers de prix légèrement plus bas.

Plus de détails ici et ici (en anglais).

15) Existe-t-il d’importants problèmes dus au fait que les semences génétiquement modifiées sont brevetées?

Oui, bien sûr. Il y eut toutes sortes d’actions en justice pas très jolies concernant les semences brevetées. A chaque fois que les inventions utiles sont cadenassées, l’innovation s’en trouve ralentie. Il fut un temps où les semences étaient toutes open source, i.e. les agriculteurs pouvaient en user librement. Néanmoins, ce n’est pas un problème propre au génie génétique: les plantes obtenues de manière traditionnelle (mutagenèse et croisements) peuvent être brevetées et les ingénieurs en génie génétique peuvent choisir de rendre leur créations open source.

Plus de détails ici  (en anglais).

16) Que dire alors de Monsanto obligeant les agriculteurs à acheter leurs semences en utilisant le gène terminator?

Ça n’a tout simplement jamais été le cas. Le gène « terminator«  n’est jamais été intégré dans les variétés commercialisées. Cette technologie (aussi appelée GURT) serait en fait une bonne chose selon moi, parce qu’elle empêcherait l’ADN génétiquement modifié de se propager trop loin (en anglais).

17) Est-ce que le pollen issu des plantes génétiquement modifiées peut se répandre parmi les autres variétés plus anciennes?

Yep et cela cause des problème pour les agriculteurs en AB, qui perdent ainsi leur label qualité si ils ont une trop grande proportion d’OGM dans leur récolte. Le problème se pose aussi quand le pollen venant d’une ferme en AB se répand dans un champ OGM.

Plus de détails ici et ici (en anglais).

Politique

18) Les cultures OGM aident-elles les agriculteurs pauvres ou leur sont-elles nuisibles?

C’est difficile à dire. Les OGM améliore globalement les revenus des agriculteurs, mais cet effet général pourrait résulter d’un enrichissement des agriculteurs les plus riches et d’un appauvrissements des plus pauvres. Il y a quelques études récentes qui en ont tenu compte et elles suggèrent que, malgré tout, même les plus petits exploitants bénéficient des cultures OGM. Des scientifiques travaillent actuellement sur de nouvelles cultures spécifiquement créées pour aider les agriculteurs pauvres.

Plus de détails ici, ici et ici (en anglais).

19) Avons-nous réellement besoin des OGM pour nourrir le monde?

Non. Jusqu’à présent, les OGM ont surtout été utilisés pour l’alimentation animale et les biocarburants. Le génie génétique a permis de réduire la quantité de grain perdu à cause des insectes et des mauvaises herbes, mais il n’a pas permit un réel accroissement des rendements intrinsèques (en anglais).

Plus de détails ici (en anglais).

Étiquetage

20) Devons-nous étiqueter les OGM?

C’est une opinion, pas un fait, mais je pense que oui. Cela n’a sans doute pas de sens de se focaliser sur cette technologie en particulier, mais qu’on le veuille ou non, les gens en font une fixation. L’étiquetage enlève la peur de l’inconnu.

Plus de détails ici (en anglais).

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :