Polyarthrite rhumatoïde, Homéopathie, Consultation et Remède

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie dégénérative inflammatoire chronique, évoluant par poussées vers la déformation et la destruction des articulations atteintes. Son évolution s’étale sur des dizaines d’années, se faisant par poussées, entrecoupées de rémissions de rythme et de durée imprévisibles.

Arthrite rhumatoide – articulations touchées de la main

Cette évolution fait de cette maladie un candidat idéal pour le sophisme post hoc ergo propter hoc et donc le recours aux médecines alternatives et complémentaires (CAM en anglais). Le traitement de fond consiste en l’utilisation d’un ensemble de différentes molécules regroupées sous le nom de DMARD (disease modifying anti-rheumatic drugs). Leur but est de contrôler les manifestations inflammatoires cliniques de la maladie et à freiner son évolution destructrice. Malheureusement, leur efficacité est variable et ils ne sont pas toujours bien tolérés. Dès lors, en plus du traitement de fond, d’autres traitements sont ajoutés en combinaison. Bref, c’est à ce moment qu’entrent en jeu les médecines alternatives et complémentaires. Ces dernières sont effectivement populaires dans le cadre de cette pathologie. Parmi ces méthodes non conventionnelles, on compte notre vieille amie l’homéopathie.

Généralement, les études faites concernant l’efficacité de l’homéopathie ne dissocient pas le remède homéopathique de la consultation homéopathique. Mais voilà que durant l’année 2008, une étude en double aveugle randomisée a été réalisée dissociant l’effet du remède de celui de la consultation. Cette étude s’intitule Homeopathy has clinical benefits in rheumatoid arthritis patients that are attributable to the consultation process but not the homeopathic remedy: a randomized controlled clinical trial (Ouf!). Cette étude est téléchargeable gratuitement (merci Google Scholar).

Un ensemble de 83 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont été répartis en 5 groupes avec randomisation (= répartition aléatoire). Les traitements associés aux 5 groupes consistaient en:

  1. Traitement homéopathique individualisé + consultation avec un homéopathe,
  2. Traitement homéopathique non individualisé (homéopathie complexe) + consultation avec un homéopathe,
  3. Traitement placebo + consultation avec un homéopathe,
  4. Traitement homéopathique non individualisé + pas de consultation
  5. Traitement placebo + pas de consultation

L’homéopathie complexe consiste à préparer des mélanges homéopathiques de remèdes couramment prescrits pour des problèmes spécifiques et qui peuvent être utilisés sans consultation.

En comparant les résultats obtenus dans les 5 groupes, les chercheurs ont tenté de répondre aux questions suivantes:

  1. La consultation a-t-elle un effet bénéfique propre? (groupe 2 vs 4 et groupe 3 vs 5) –> OUI
  2. Le traitement non individualisé a-t-il un effet bénéfique plus grand que le placebo? (groupe 2 vs 3 et groupe 4 vs 5) –> NON
  3. Le traitement individualisé a-t-il un effet bénéfique plus grand que le traitement non individualisé (groupe 1 vs 2) –> NON
  4. Le traitement individualisé a-t-il un effet bénéfique plus grand que le placebo? (groupe 1 vs 3) –> NON

Ainsi, comme le voit, il est important de pouvoir dissocier effet propre du médicament et effet de la consultation. Cela doit nous faire réfléchir sur les effets bénéfiques des médecines alternatives et plus globalement sur le rôle du médecin.

Ce billet est à mettre en perspective avec un précédent billet concernant l’utilisation de l’homéopathie pour réduire la peur des chiens des feux d’artifices. Nous avions constaté qu’un effet positif similaire avait été constaté dans le groupe traitement homéopathique et dans le groupe traitement placebo. Le patient, le thérapeute, les parents, le maître ou encore l’éleveur, peuvent induire un effet contextuel qui ne doit pas être confondu avec l’effet spécifique d’un médicament ou d’une technique thérapeutique.

 

Publicités

Quand on attaque l’empire, l’empire contre attaque – aspects sociologiques

Un jour, un père affectueux dit à son tendre fils:

Ton destin est lié au mien, Skywalker.

Pour la petite histoire, il faut savoir que le brave garçon a quelque peu traversé son complexe d’œdipe de façon on ne peut plus littérale. Abandonné dès sa naissance, il n’a put effectuer son complexe d’œdipe suffisamment tôt. Ce n’est qu’une fois devenu adulte qu’il rencontra son vrai père. Ce qui le chamboulât totalement et le fit sombrer dans une profonde crise identitaire. Sans compter que, au même moment, son meilleur ami n’avait d’autre idée que de batifoler avec sa sœur. S’en fut trop pour lui. L’histoire se finit tragiquement par la destruction de tout un empire. Diantre. Au vu de cette analyse pertinente, je finirai par croire que George Lucas n’est que le fer de lance d’un grand complot psychanalytique!

Raisins_Face

P’tain, faut que j’arrête l’aspartame moi…

Enfin bon, bref, ce que Gérald Bronner nomme l’empire des croyances est vaste et grand. Certains ont cru naïvement que celui-ci disparaitrait avec l’avancée des connaissances scientifiques. Erreur! En réalité, il s’en inspire. Les croyances évoluent, se transforment. Elle sont malléables comme l’est notre esprit. Elles sont le reflet du Côté Obscur de ce dernier. Sciences et croyances ont un destin lié.

Peut-on vaincre l’empire (des croyances) ?

Non car, quand on attaque l’empire, l’empire contre attaque. Le Côté Obscur est puissant et s’immisce en chacun de nous. Une croyance bien ancrée chez certains est que les croyances se construisent sur l’ignorance et frapperaient en premier les gens peu éduqués. Faux! Le graphique ci-dessous, tiré de l’article Croyances aux parasciences: dimensions sociales et culturelles, montre la répartition des pourcentages de croyances au paranormal et à l’astrologie en fonction du niveau d’étude:

graphiques_croyances

On constate que:

  1. Le pourcentage de croyance au paranormal est le plus faible (~30%) pour le niveau primaire et le plus fort (~70%) pour le niveau supérieur non scientifique.
  2. Le pourcentage de croyance à l’astrologie est le plus faible (~25%) pour le niveau supérieur scientifique et le plus fort pour le niveau secondaire (~50%).
  3. Le pourcentage de croyance au paranormal concernant les gens ayant fait des études supérieures scientifiques atteint tout de même ~50%.

Un autre graphique tiré du même article classe les croyances au paranormal et à l’astrologie en fonction du type de profession:

graphiques_croyances_professions

Ici, on voit que le pourcentage de croyance au paranormal est le plus faible pour les agriculteurs (~20%) et le plus fort pour les étudiants (~70%). Le pourcentage de croyance au paranormal atteint >50% chez les professeurs, les cadres moyens et supérieurs, les étudiants, les instituteurs, les employés et les personnels de service.

Certains feront remarquer que cette étude date de 1986 mais un des 2 auteurs, Daniel Boy, a écrit un deuxième article intitulé Les Français et les para-sciences: vingt ans de mesures. Cet article montre l’évolution des croyances sur près de 20 ans (de 1982 à 2000). Premièrement, on observe que les pourcentages de croyances à 11 para-sciences restent assez stables au cours du temps (voir tableau I p37). Deuxièmement, on voit que l’on retrouve globalement la même répartition des niveaux de croyances en fonction du niveau d’études et en fonction de la profession exercée par rapport à l’article de 1986 (voir tableau IV p40).

Durant mon apprentissage de jeune Sceptique, Maître Bronner m’aura appris une chose :  « En augmentant le nombre d’heures de cours de Sciences au collège et lycée, l’empire des croyances point tu ne vaincras ». Par exemple, une étude sociologique faite aux États-Unis a montré que les gens ayant une meilleure connaissance en science et en maths semblent être plus enclin à… davantage nier les changements climatiques. À qui la faute? La premier suspect est l’idéologie, i.e. un ensemble de valeurs et de préjugés, qui orientent la collecte d’informations des gens. Plus ils ont de connaissances en science et maths, plus ils seront en mesure de développer un argument puissant et assuré mais faux car biaisé.

Il faut au contraire prendre conscience des pentes noires de notre esprit et développer différentes stratégies pour en limiter les conséquences. Nous avons tous des croyances et des préjugés. Nous adhérons tous à un ensemble de valeurs qui guident nos décisions mais aussi nos choix d’amis et de sources d’information. Nous vivons dans un monde complexe et sur la toile la quantité d’informations disponibles explose littéralement. Nos croyances et nos préjugés forment un prisme à travers lequel le monde nous parait plus simple, plus compréhensible.

Les scientifiques ne sont pas immunisé contre l’idéologie. La méthode scientifique par le dialogue et le travail en collaboration, le développement et le suivi d’une méthodologie rigoureuse et le concept de peer-review tend à gommer les biais possibles. Mais ce n’est pas toujours suffisant. Différents scientifiques ont sombré dans la pseudo-science ou la science pathologique. Les tenants des pseudo-sciences et des pseudo-médecines ont toujours sut habillement tirer profit des scientifiques qui ce sont égarés et s’en servir comme caution scientifique. Il existe un terrible fléau appelé maladie des Nobel. On citera notamment Pauling et la vitamine C, Montagnier et la mémoire de l’eau + autisme + …Watson et le lien entre couleur de peau et intelligence. Voir aussi cette liste.

mad_scientist

En dehors des Nobel, qui ont quand même fait une découverte importante dans leur vie, il y a ceux qui pensaient en avoir fait une. Ici, nous retrouvons par exemple Benveniste et la mémoire de l’eau, ou encore, Blondlot et les rayons N.

En plus de ces appuis inespérés, les charlatans des pseudo-sciences et pseudo-médecines créent un vernis scientifique en saupoudrant leur blabla de citations (95% venant d’Einstein, souvent fausses ou tronquées) ou de jargon technique (c’est fou comme le simple fait de citer la physique quantique permet de prouver à peu près n’importe quelle théorie foireuse aujourd’hui).

Dans un prochain billet, je vous proposerai de découvrir certaines facettes du Côté Obscur. Il s’agit là d’un éventail non exhaustif. Mon but est surtout de montrer à quel point nous pouvons être désarmé face au chant des sirènes des pseudo-sciences.

Wikipedia founder responds to pro-alt-med petition; skeptics cheer

(in English) Jimmy Wales responded firmly in the negative to a Change.org petition created by alternative medicine and holistic healing advocates. His response, which referred to paranormalists as “lunatic charlatans”, was widely reported on Twitter.

Skeptical Software Tools

Jimmy Wales, photo by Andrew Lih licensed under a CC BY-SA 2.5 license. Jimmy Wales, photo by Andrew Lih licensed under a CC BY-SA 2.5 license.

Wikipedia’s co-founder Jimmy Wales this week sent a clear signal to skeptics who edit the user-created encyclopedia – he agrees with our focus on science and good evidence.  He did this by responding firmly in the negative to a Change.org petition created by alternative medicine and holistic healing advocates. His response, which referred to paranormalists as « lunatic charlatans », was widely reported on Twitter.

I’ve been recommending skeptics pay close attention to Wikipedia since the earliest days of this blog, almost six years ago.  Susan Gerbic took up that gauntlet and created her wildly successful Guerrilla Skeptics on Wikipedia project.

In the last year or so, the success of Susan’s project has gotten many paranormal and alternative medicine advocates riled up. They’ve repeatedly floated conspiracy theories that skeptics are somehow rigging the game on Wikipedia, or even bullying…

View original post 780 mots de plus

La santé menacée par les dérives sectaires

Extrait:
Des patients vulnérables
Ce témoignage ne surprend pas le Dr Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) : « Les dérives sectaires dans le domaine de la santé représentent près de 25% de l’ensemble des signalements que nous recevons. »

Comment expliquer une telle situation ? « Il y a en France 15 millions de personnes en affection de longue durée, indique ce médecin. Ces patients ont régulièrement des examens de contrôle, forcément angoissants, et une bonne partie d’entre eux subissent des traitements lourds. Ils sont très vulnérables. Et ils ont face à eux une médecine traditionnelle très technique et très froide. »

Association des victimes de la Médecine nouvelle, Biologie totale, etc.

Virginie Plaut – 7 fév. 2014 – mutualité française

extrait:  « Je vivais l’un des moments les plus critiques de ma vie, analyse-t-elle aujourd’hui. Je me battais depuis un an contre ce cancer. La chimio s’éternisait et m’épuisait. Et à la maison, mon mari s’éloignait de moi. » Alors qu’elle commence à s’intéresser à l’alimentation des malades du cancer, elle découvre l’existence d’un homme qui se propose de « décrypter le cancer, l’expliquer et donc le combattre ». Elle plonge, s’inscrit à une journée de formation, puis à un séminaire. Un véritable conditionnement : pas ou très peu de nourriture, des séances de travail jusque tard dans la nuit, des slogans anti-médecine « traditionnelle » à reprendre en chœur. « A la fin de la semaine, on n’est plus capable de réfléchir par soi-même, raconte-t-elle. On se contente de répéter ce qu’on entend… et de payer pour diverses prestations. »

Article complet …

View original post

20 GMO questions: Animal, vegetable, controversy? (traduction)

[Article original ici]

Quand j’ai commencé cette série, j’ai proposé de passer outre le débat en me focalisant sur les faits acceptés par les deux parties. J’ai également proposé de le faire « en quelques semaines. » Ha! Non seulement il m’a fallu me beaucoup plus longtemps, mais j’ai aussi compris que cette controverse s’est transformée en quelque chose qui ressemble à une guerre de tranchées, où les deux camps refusent de s’entendre sur quoi que ce soit, de peur de devoir céder un seul pouce de terrain chèrement acquis. Bref, je ne m’attends pas à ce que tout le monde soit d’accord avec la liste ci-dessous, mais j’espère que des gens raisonnables des deux côtés concéderont (du moins intérieurement) que l’ensemble des faits conduit à ces conclusions.

Lire la Suite…

20 GMO questions: Animal, vegetable, controversy?

Voir aussi la traduction de cet article sur ce même blog.

Grist

This is a slightly unusual end-of-the-year list. Instead of a selection of the best or worst news over the year, this is simply a bullet-point summation of what I’ve learned about GMOs in 2013.

When I started this series, I proposed to cut through the debate by finding the facts that both sides agree upon. I also proposed to do this (back in July) “over the next few weeks.” Ha. Not only has this taken me much longer, I’ve also learned that this controversy has turned into something resembling trench warfare, where the two sides refuse to agree on anything, lest they give up an inch of their hard-won position. So I don’t expect everyone to agree with the list below, but I do expect that reasonable people on both sides will concede (if only under their breath) that the bulk of the evidence leads to these…

View original post 1 460 mots de plus

Les substances toxiques sont partout

Il ne se passe plus une semaine sans que l’on entende parler d’un nouveau scandale sanitaire ou de substances toxiques qui se trouveraient à notre insu dans tel ou tel aliment que nous consommons. Nous nous trouvons dans un véritable état de psychose généralisé où s’organise une véritable chasse aux sorcières de toute substance suspecte. En fait, ce climat anxiogène engendre un phénomène d’emballement assez classique: toute substance suspectée d’être toxique est rapidement déclarée toxique et même souvent cancérigène. La simple évocation de molécules telles que, par exemple, l’aspartame provoque ce genre de réaction:    Lire la Suite…