Tag Archive | pseudo-sciences

Quand on attaque l’empire, l’empire contre attaque – aspects sociologiques

Un jour, un père affectueux dit à son tendre fils:

Ton destin est lié au mien, Skywalker.

Pour la petite histoire, il faut savoir que le brave garçon a quelque peu traversé son complexe d’œdipe de façon on ne peut plus littérale. Abandonné dès sa naissance, il n’a put effectuer son complexe d’œdipe suffisamment tôt. Ce n’est qu’une fois devenu adulte qu’il rencontra son vrai père. Ce qui le chamboulât totalement et le fit sombrer dans une profonde crise identitaire. Sans compter que, au même moment, son meilleur ami n’avait d’autre idée que de batifoler avec sa sœur. S’en fut trop pour lui. L’histoire se finit tragiquement par la destruction de tout un empire. Diantre. Au vu de cette analyse pertinente, je finirai par croire que George Lucas n’est que le fer de lance d’un grand complot psychanalytique!

Raisins_Face

P’tain, faut que j’arrête l’aspartame moi…

Enfin bon, bref, ce que Gérald Bronner nomme l’empire des croyances est vaste et grand. Certains ont cru naïvement que celui-ci disparaitrait avec l’avancée des connaissances scientifiques. Erreur! En réalité, il s’en inspire. Les croyances évoluent, se transforment. Elle sont malléables comme l’est notre esprit. Elles sont le reflet du Côté Obscur de ce dernier. Sciences et croyances ont un destin lié.

Peut-on vaincre l’empire (des croyances) ?

Non car, quand on attaque l’empire, l’empire contre attaque. Le Côté Obscur est puissant et s’immisce en chacun de nous. Une croyance bien ancrée chez certains est que les croyances se construisent sur l’ignorance et frapperaient en premier les gens peu éduqués. Faux! Le graphique ci-dessous, tiré de l’article Croyances aux parasciences: dimensions sociales et culturelles, montre la répartition des pourcentages de croyances au paranormal et à l’astrologie en fonction du niveau d’étude:

graphiques_croyances

On constate que:

  1. Le pourcentage de croyance au paranormal est le plus faible (~30%) pour le niveau primaire et le plus fort (~70%) pour le niveau supérieur non scientifique.
  2. Le pourcentage de croyance à l’astrologie est le plus faible (~25%) pour le niveau supérieur scientifique et le plus fort pour le niveau secondaire (~50%).
  3. Le pourcentage de croyance au paranormal concernant les gens ayant fait des études supérieures scientifiques atteint tout de même ~50%.

Un autre graphique tiré du même article classe les croyances au paranormal et à l’astrologie en fonction du type de profession:

graphiques_croyances_professions

Ici, on voit que le pourcentage de croyance au paranormal est le plus faible pour les agriculteurs (~20%) et le plus fort pour les étudiants (~70%). Le pourcentage de croyance au paranormal atteint >50% chez les professeurs, les cadres moyens et supérieurs, les étudiants, les instituteurs, les employés et les personnels de service.

Certains feront remarquer que cette étude date de 1986 mais un des 2 auteurs, Daniel Boy, a écrit un deuxième article intitulé Les Français et les para-sciences: vingt ans de mesures. Cet article montre l’évolution des croyances sur près de 20 ans (de 1982 à 2000). Premièrement, on observe que les pourcentages de croyances à 11 para-sciences restent assez stables au cours du temps (voir tableau I p37). Deuxièmement, on voit que l’on retrouve globalement la même répartition des niveaux de croyances en fonction du niveau d’études et en fonction de la profession exercée par rapport à l’article de 1986 (voir tableau IV p40).

Durant mon apprentissage de jeune Sceptique, Maître Bronner m’aura appris une chose :  « En augmentant le nombre d’heures de cours de Sciences au collège et lycée, l’empire des croyances point tu ne vaincras ». Par exemple, une étude sociologique faite aux États-Unis a montré que les gens ayant une meilleure connaissance en science et en maths semblent être plus enclin à… davantage nier les changements climatiques. À qui la faute? La premier suspect est l’idéologie, i.e. un ensemble de valeurs et de préjugés, qui orientent la collecte d’informations des gens. Plus ils ont de connaissances en science et maths, plus ils seront en mesure de développer un argument puissant et assuré mais faux car biaisé.

Il faut au contraire prendre conscience des pentes noires de notre esprit et développer différentes stratégies pour en limiter les conséquences. Nous avons tous des croyances et des préjugés. Nous adhérons tous à un ensemble de valeurs qui guident nos décisions mais aussi nos choix d’amis et de sources d’information. Nous vivons dans un monde complexe et sur la toile la quantité d’informations disponibles explose littéralement. Nos croyances et nos préjugés forment un prisme à travers lequel le monde nous parait plus simple, plus compréhensible.

Les scientifiques ne sont pas immunisé contre l’idéologie. La méthode scientifique par le dialogue et le travail en collaboration, le développement et le suivi d’une méthodologie rigoureuse et le concept de peer-review tend à gommer les biais possibles. Mais ce n’est pas toujours suffisant. Différents scientifiques ont sombré dans la pseudo-science ou la science pathologique. Les tenants des pseudo-sciences et des pseudo-médecines ont toujours sut habillement tirer profit des scientifiques qui ce sont égarés et s’en servir comme caution scientifique. Il existe un terrible fléau appelé maladie des Nobel. On citera notamment Pauling et la vitamine C, Montagnier et la mémoire de l’eau + autisme + …Watson et le lien entre couleur de peau et intelligence. Voir aussi cette liste.

mad_scientist

En dehors des Nobel, qui ont quand même fait une découverte importante dans leur vie, il y a ceux qui pensaient en avoir fait une. Ici, nous retrouvons par exemple Benveniste et la mémoire de l’eau, ou encore, Blondlot et les rayons N.

En plus de ces appuis inespérés, les charlatans des pseudo-sciences et pseudo-médecines créent un vernis scientifique en saupoudrant leur blabla de citations (95% venant d’Einstein, souvent fausses ou tronquées) ou de jargon technique (c’est fou comme le simple fait de citer la physique quantique permet de prouver à peu près n’importe quelle théorie foireuse aujourd’hui).

Dans un prochain billet, je vous proposerai de découvrir certaines facettes du Côté Obscur. Il s’agit là d’un éventail non exhaustif. Mon but est surtout de montrer à quel point nous pouvons être désarmé face au chant des sirènes des pseudo-sciences.